V.N. Tarn – Divorce et Avortement

Chère Isabelle et Cher Jean-Pierre,

Voilà 9 mois maintenant que vous m’avez accueillie et redonné goût à la vie. Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour que d’autres personnes puissent à leur tour sortir de ce cercle vicieux de souffrance.

Le facteur déclenchant de mon « mal être » a été le départ très brutal de celui qui est désormais mon ex-mari avec une autre femme (il y a maintenant presque 4 ans). Nous étions ensemble depuis plus de 20 ans (nous nous sommes connus au lycée) et nous avons eu 3 beaux garçons. Et pour ne rien arranger, il a été extrêmement maltraitant avec moi sur un plan psychologique : il me reprochait de faire du mal à mes enfants en pleurant parfois devant eux, de faire semblant d’aller mal, de faire du chantage affectif et puis très vite, il a parlé d’argent et estimait qu’il valait plus que moi et que j’étais normal que je me sacrifie pour lui (et en effet, c’est un peu l’histoire de ma vie !). Suite à cet abandon, j’ai fait un premier épisode dépressif où j’ai eu envie de disparaître mais je me suis battue pour essayer d’aller mieux et de faire partir cette souffrance, cette culpabilité permanente et plus je luttais, plus je m’épuisais et plus je m’enfonçais malgré une psychothérapie pendant pus d’un an et malgré un entourage très bienveillant.
Sur les conseils de ma sœur qui avait entendu parler de vous, je vous ai contacté avec l’espoir de m’en sortir enfin. Avant de venir, j’avais lu le livre de David SERVAN SCHREIBER et aussi des témoignages sur votre site qui m’ont définitivement convaincus que vous pouviez m’aider. J’ai d’abord écrit puis Jean-Pierre m’a très vite recontacté et dès qu’il m’a expliqué la démarche, j’ai commencé à me sentir soulagée d’avoir un interlocuteur qui semblait entendre ma souffrance et très confiante sur le fait de trouver enfin une solution.
Je me souviens avoir expliqué à mes enfants qui avaient respectivement 11, 13 et 16 ans à l’époque que je partais à Limoges pour guérir et pour qu’ils puissent enfin retrouver leur maman. Je n’imaginais pas à quel point j’étais proche de la vérité à ce moment là.
Quand je suis arrivée au cabinet EMDR Renaissance, je me suis sentie accueillie, écoutée et respectée. Nous avons effectué une première séance de 4 h centrée plutôt sur l’abandon, séance très éprouvante mais je me suis déjà sentie très apaisée à l’issue de cette première journée même si une autre « nœud » persistait. Jean-Pierre et Isabelle m’ont proposé de revenir le lendemain pour ne pas me laisser repartir avec un autre problème latent dont je n’avais pas vraiment conscience à e moment là mais qui expliquait en grande partie ma culpabilité d’être une mauvaise mère. Cette deuxième séance m’a renvoyée à mes relations avec ma mère mais surtout nous sommes revenus sur un épisode traumatisant de ma vie que j’avais enfoui au plus profond de moi pour l’oublier : 1 an avant la naissance de mon fils aîné, j’avais pris la décision d’interrompre une grossesse car le bébé que je portais avait une grave malformation.
Cette séance a été terrible car elle m’a fait prendre conscience de ce deuil que je n’avais jamais fait et qui faisait de moi un «  mauvaise mère » puisque j’avais choisi de mettre fin à la vie de mon enfant. Cela m’a aussi fait comprendre le pouvoir que mon ex-mari exerçait sur moi en utilisant cet argument de mauvaise mère et en essayant de me faire culpabiliser à chaque fois qu’il le pouvait. Et en effet, il touchait en moi un point très sensible et extrêmement douloureux. Cette deuxième séance a été cruciale pour moi car elle m’a permis de prendre conscience que j’étais une maman attentive et aimante (malgré la garde alternée) mais aussi elle m’a permis de me libérer de l’emprise de mon ex-mari qui était allé jusqu’à m’insulter ! En reprenant confiance en moi, je reprenais définitivement le pouvoir sur ma vie.
Après ces 2 séances, il m’a fallu quelques semaines pour reprendre mes esprits et récupérer physiquement mais très vite, je me suis sentie bien et mon comportement a changé. J’ai arrêté de pleurer et j’ai enfin repris ma place de maman. J’ai aussi dit à mes fils que j’avais été enceinte avant mon fils aîné et ils ont plutôt bien réagi et posé des questions. Je pense que c’était important pour eux car cela fait aussi parti de leur histoire. Bien sûr , tout n’est pas tous les jours tout rose mais j’arrive désormais à faire face beaucoup mieux en m’appuyant sur mes forces et en acceptant mes faiblesses. Et surtout une dernière chose qui a son importance : j’ai rencontré une « belle » personne, un homme bienveillant, à l’écoute des autres avec sa sensibilité et son ouverture d’esprit (c’est mon petit clin d’œil à Isabelle qui avait insisté sur l’importance de ces valeurs sur lesquelles il ne fallait pas transiger dans une relation amoureuse !).
Pour conclure, car j’ai été très bavarde, je vous remercie du fond du cœur car grâce à l’EMDR, j’ai remis les choses à leur place (j’ai pu mettre fin à ma psychothérapie) et je pense que mes proches aussi ont pu apprécier le changement.
Je continue à avancer sur le chemin, à cultiver mon jardin personnel, à faire la paix et à pardonner à mes parents et je prends beaucoup de plaisir à partager des moments avec les gens que j’aime. Vous m’avez permis de me débarrasser de 2 énormes fardeaux (la souffrance et la culpabilité) et je me sens enfin vivante ! Merci !!

Véronique

[haut.]