Mal-être à tous les étages

Crises d’angoisses, attaques de panique, anxiété généralisée, phobies, peurs en tous genres… sont les appels au secours communs des 18 – 25 ans qui arrivent en grand nombre au cabinet ces derniers mois.

Résurgence de souffrances cachées, réapparition des tics, des TOC, amplification des dépendances ( alcool-tabac-drogue)…
 Qué passa ?

 M’sieu Covid et tous ses excès a frappé très fort sur les jeunes qui ne constituent pas normalement notre clientèle.

 Un mal-être qu’aggrave le DESOCIALISANT masque obligatoire s’installe et perturbe nos concitoyens.

L’EMDR et notre Turbo Thérapie Apaisante, GUÉRISSENT les causes (Deuil, accident, viol, agression, rupture amoureuse…) pas les conséquences (Mal-être, dépression, perte de sommeil, dévalorisation de l’estime de soi, solitude, manque de confiance en soi, peurs en tout genre…).

Avec 17 ans de pratique, un peu plus de 2400 consultations et quelques 200 témoignages, nous restons des puristes de la pratique EMDR en UNE SEULE consultation par grande souffrance causale. 

Sans jamais chercher à sortir du champ des compétences que nous avons acquis au fil du temps, nous fortifions avec d’autres outils notre pratique de l’EMDR. Au quotidien, c’est entre 15 et 20 outils qui fonctionnent en permanence.

C’est la formation que nous dispensons, forte de ses 12 rendez-vous à thèmes, qui permet de contrôler : son stress, son anxiété et ses émotions dans les situations de vie délicates.

Pour mémoire, rappelons que la profession n’a pas d’obligation de résultat, juste une obligation de moyens… À notre cabinet et depuis toujours c’est un autre son de cloche qui réconforte la clientèle.

Uniquement 2 consultations par jour pour une séance qui dure plusieurs heures.

Lors de l’entretien téléphonique – obligatoire -pouvant durer jusqu’à 45 minutes avant la prise de rendez-vous, nous nous engageons TOUJOURS à une obligation de résultat sur la Turbo Thérapie Apaisante et L’EMDR.

C’est notre choix, notre credo, notre carte de visite.

Merci de votre confiance.

Isabelle  et Jean-Pierre