F.C. Limousin – Deuil de la maman

J’ai aujourd’hui 27 ans. J’avais 11 ans quand ma maman est décédée suite à une tumeur cérébrale, 8 années de souffrance. Les opérations, les cris de douleurs, le visage et le corps abîmés, cette tumeur l’a emportée et pour ma part cela faisait 17 ans que ces visages ne me quittaient pas. Penser à elle, à ces événements douloureux mais aussi aux événements heureux devenait pour moi une véritable torture. Oui, une torture.

Quelle relation aurions-nous pu avoir si elle n’était pas partie, quelle personne serait-elle aujourd’hui ? J’avais tellement mal en pensant à tout ça, je gardais tout pour moi, je détestais faire partager mes crises de larmes mais elles étaient bien là et de plus en plus fréquentes. Cela pesait beaucoup sur ma vie et sur mon quotidien.

J’ai entendu parler d’EMDR. Se décider de rencontrer Jean-Pierre et Isabelle c’était déjà arrêter de minimiser ce traumatisme. Aujourd’hui je tiens à témoigner de cette expérience hors du commun mais aussi de mon admiration pour cette technique et pour ces deux personnes qui l’utilisent à la perfection.

La séance a duré toute une matinée. J’ai débuté la séance avec les larmes aux yeux, j’ai vécu la séance avec les larmes au corps et j’ai terminé la séance avec des larmes de rire.
Depuis cette fin de matinée et jusqu’à aujourd’hui, je pense à ma maman avec le sourire, le cœur léger, je prends plaisir à en parler aux autres personnes qui ont fait partie de sa vie. Je suis pleinement consciente de tout ce que nous avons vécu, je reste désemparée de ne pas avoir profité d’elle mais j’ai l’impression que tout cela est accepté. Je n’ai plus cette douleur à la poitrine, cette voix tremblante en parlant d’elle. Je sais qu’elle aurait adoré me voir penser à elle comme je le fais aujourd’hui.

Ne vous questionnez pas à propos de l’EMDR, personne ne doit hésiter à vivre cette expérience … Foncez, foncez, foncez.

[haut.]