J.M. Limousin – Deuil de son fils (36 ans)

Madame, Monsieur,

Je vous adresse ce courrier un peu tardivement mais j’avais une priorité, celle de prendre soin de ma santé et je voulais aussi être certaine de la durée de l’effet de ces deux séances de EMDR.

En ce qui concerne ma santé, j’ai une bonnes nouvelles, je n’ai plus de traitement. C’est un grand soulagement pour moi, un grand bol d’oxygène ! Une grande joie. J’ai été opérée le 20 septembre, retrait des ovaires sur lesquels résidait la tumeur cancéreuse. 

Mon cas n’étant pas courant, un STAFF doit se prononcer en ce qui concerne deux possibilités : soit un traitement hormonal, soit, plus de traitement mais un suivi tout simplement. Cela me sera confirmé lors du prochain rendez-vous à Curie à Paris chez un oncologue. Je tenais à vous préciser ma situation actuelle. 

Depuis le 16 avril 2018 où j’ai décidé de vous rencontrer, je confirme la transformation de mon état psychologique. Je peux vous assurer que je transmets les bénéfices de votre travail lors des séances de EMDR autour de moi. Je pense avoir vécue le pire de ma vie, le 1er juin 2016, lors de l’annonce du décès de mon fils (vain, 36 ans) dans un accident de moto à La où il vivait. 

Depuis ce jour je suis «désemparée» en partie. Après les séances de emdr mon premier ressenti, tout d’abord, a été comme vous me l’aviez dit, une grande fatigue, mais aussi une sorte e légèreté qui libérait ce poids en moi m’interdisant de continuer à vivre «normalement», je ne parvenais plus à poursuivre mes activités extérieures : gym, piscine, gi qong, loisirs, etc… Tout restait bloqué. Soudain, je me suis sentie en PAIX, Libérée, j’ai retrouvé mon «MOI».

Bien sûr, je pense chaque jour à mon fils, Yvain, toujours présent dans ma vie, mais différemment.

Il y a des dates qui sont difficiles à vivre, des jours compliqués, c’est ainsi… Je continue mon chemin de vie «malgré tout». Je remercie d’être en vie après avoir traversé l’épreuve de la maladie depuis Novembre 2000.

Ma filles a été très attachée, perdre un frère, ce n’est pas envisageable. Elle vit au Mexique, elle viendra vous voir lors d’un prochain séjour en France. 

Je vous remercie pour votre chaleureux accueil, les odeurs des perles parfumées, vous savez prendre soin de la personne qui est en souffrance. 

Merci pour votre écoute ainsi que pour faire connaitre l’EMDR.

Avec toute ma reconnaissance et mon Amitié.

[haut.]