Lu dans le Monde

Comment se libérer d’un choc émotionnel

Le protocole EMDR permettrait de restaurer la capacité naturelle du cerveau à s’autoguérir

Psychologie

Isabelle, 50 ans, a été guérie de ses angoisses par une psycho-thérapie bien mystérieuse : l’EMDR — pour eye movement desensitization and reprocessing, soit en français «désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires ». Il y a vingt ans, cette femme a perdu son bébé qui avait un mois. En 2007, un de ses enfants est tombé malade, ce qui a suscité des crises de panique intenses et réactivé le traumatisme ancien. «Je me suis sentie submergée, j’étais assaillie par des images, des flashes. Je voyais mon bébé mort à l’hôpital», explique-t-elle. Isabelle s’est rendu compte qu’elle vivait dans la peur permanente de la mort : la sienne, celle de son mari, de ses enfants. Elle avait entendu parler de l’EMDR, s’est décidée à consulter un psychiatre formé à cette technique.

«Le principe consiste à revivre émotionnellement le souvenir traumatique, pour s’en libérer, explique Roland louvent, chef du service psychiatrie à l’hôpital de la Pitié-Salpètrière, à Paris, auteur du Cerveau magicien (éd. Odile Jacob, 2009). L’astuce consiste à capter l’attention du sujet par des stimuli visuels ou sonores, voire auditifs pour les enfants, pour abaisser les défenses inconscientes et permettre la reviviscence du choc émotionnel . » Mouvements oculaires de gauche à droite, tapotements alter-natifs sur les genoux sont autant de moyens de distraire l’attention.

Isabelle poursuit : «Le thérapeute m’a demandé de me concentrer sur un événement heureux lié à mon fils. Pendant ce temps, il tapotait alternativement sur mes genoux. A partir de là, les idées et les sentiments se sont enchaînés : la culpabilité d’avoir accouché avant terme, la tristesse, mais aussi les moments heureux avec mon fils. Tout ce que j’avais accumulé pendant des années s’est déversé », se remémore-t-elle. Elle se laissait porter par le flux de ses émotions qui défilaient en accéléré. Soudain, elle a ressenti une douleur violente à la poitrine comme si elle était poignardée. A l’issue de la séance, les images traumatiques avaient laissé place à un apaisement. «Je me suis sentie libérée. l’éprouve toujours autant d’amour pour mon fils. Mais je peux penser à lui sans souffrir. le ne vis plus dans une terreur permanente. »

Le docteur David Servan-Schreiber, décédé en juillet, fut l’un des fondateurs d’EMDR-France, qui recense les thérapeutes formés. Il a fait découvrir cette psychothérapie brève, venue des Etats-Unis. Dans son livre Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicament ni psychanalyse (Pocket, 2003), il consacre un chapitre à cette méthode découverte par hasard par Francine Shapiro, en 1987, devenue par la suite docteur en psychologie au Mental Research Institute de Palo Alto (Californie).

On ignore toujours comment cette thérapie fonctionne. Mais la Haute Autorité de santé (HAS), au vu de son efficacité thérapeutique, la recommande, aux côtés des thérapies comportementales et cognitives, dans une pathologie bien particulière : les états de stress post-traumatiques (ESPT). Ce trouble est une réaction psychologique consécutive à une situation durant laquelle l’intégrité physique ou psychologique du patient (ou de son entourage) a été menacée ou effectivement atteinte (accident grave, viol, agression. maladie grave, guerre, attentat…).
Le docteur Aurore Sabouraud-Séguin, psychiatre et directrice du centre Psychotrauma (créé après la vague d’attentats de 1995 à Paris), détaille les symptômes : reviviscence du traumatisme avec des cauchemars ou des flashes, évitement de tout ce qui est associé à l’événement traumatique, activation du système neurovégétatif. avec des sursauts, le coeur qui bat à la moindre alerte, et aussi des troubles du caractère irritabilité, sommeil perturbé… Au centre Psycho-trauma, deux thérapeutes appliquent la technique. «Nous recevons des appels de personnes qui veulent bénéficier de cette thérapie. Elle représente 2 % de nos consultations. Nous ne l’utilisons que dans des cas trés précis. En général, une dizaine de séances est nécessaire pour les cas graves », explique le docteur Sabouraud-Séguin.

Cette thérapie se développe également en libéral. Le psychiatre et psychanalyste Jean Sandretto la pratique depuis 2005, à Paris. Chaque séance dure 90 minutes pour un prix allant de 80 à 140 euros. Il a été formé par David Servan-Schreiber. Le psychiatre détaille le mécanisme à l’oeuvre: lors d’un traumatisme important le cerveau conscient a tendance à se déconnecter pour laisser des mécanismes archaïques de survie prendre le relais. C’est comme un passage sur pilotage automatique. Le calme revenu, le cerveau peut avoir beaucoup de mal à revenir sur l’événement.
Il fait même parfois tout pour éviter de s’y confronter de nouveau. « Les souvenirs traumatiques sont stockés dans la zone des amygdales cérébrales, siège de la peur et des mécanismes de survie, explique-t-il. Pour les gens atteints d’états de stress post-traumatique, tout se passe comme si cette zone fonctionnait de manière autonome sans être vraiment reliée au cerveau conscient. Elle fonctionnerait comme un logiciel hors de contrôle, provoquant flash-back, angoisse, panique… Le protocole EMDR, avec les stimulations bilatérales alter-nées, facilite la reconnexion du cerveau conscient avec le trauma enkysté. Il va restaurer cette capacité naturelle de cerveau à s’auto-guérir. »

«Il semblerait que le fait d’amener, au cours de la séance d’EMDR, le patient à conserver un état d’attention double —à la fois sur le souvenir traumatique et sur une stimulation sensorielle bilatérale alternée— ait pour effet d’envoyer des informations progressivement apaisantes », explique Jacques Roques, vice-président d’EMDR-France et auteur du livre Découvrir l’EMDR (éd. Marabout, 2008).

L’EMDR n’a pas livré tous ses mystères. Les stimuli sensoriels ont-ils un effet spécifique ou agissent-ils comme une simple distraction facilitant l’émergence du souvenir traumatique ? L’avenir le dira… Peut-être.

Source :
Lu dans Le Monde